Stéthoscope obstétrical de Pinard

Il se présente sous une forme de cône allongé par un col creux, se terminant par une plaque ronde perforée.

Le stéthoscope a été inventé le 17 février 1816 en  France par le docteur René Laennec. Il ne s’agissait alors que d’une simple liasse de papiers roulés (provenant de son cahier d’observation qu’il emportait toujours avec lui) , permettant d’amplifier le son du rythme cardiaque car il consultait alors une patiente de forte corpulence et dont la poitrine atténuait le bruit du cœur, il eu cette idée en observant, quelques minutes plus tôt, des enfants jouant avec des aiguilles sur une poutre en chêne (un enfant était à une extrémité et piquait le bois de son aiguille, le second, à l’autre extrémité devait deviner combien de fois le bois avait été frappé en accolant son oreille à la poutre).

Adolphe Pinard (4 Février 1844 -1 Mars 1934) était un Français obstétricien, originaire de Méry-sur-Seine. Il a pratiqué la médecine à Paris, où il était l’adjoint de Stéphane Étienne Tarnier (1828-1897) et professeur d’obstétrique .

Matériaux - Techniques
Aluminium
Fabricant / Période

Fin du XIXe siècle
Dimensions

D : 6,5 cm ; H : 14,5 cm

État
Bon
Destination

C'est un amplificateur acoustique permettant d'écouter les sons émis par des battements du cœur fœtal ; pour cela il faut l'appliquer sur la paroi abdominale de la mère, dans une zone proche de cœur fœtal.

Précision d'utilisation

Il est possible d'écouter avec ses instruments les battements cardiaques fœtaux dès les 18e - 20e semaines d'aménorrhée. Il est possible, avec ses moyens d'auscultation de confondre entre les battements cardiaques fœtaux et les battements d'une artère appartenant à la mère, surtout si celle-ci est tachycarde ; pour éviter cette confusion, il est nécessaire d'associer simultanément, la palpation du pouls maternel à l'écoute des battements cardiaques fœtaux.

Date d'acquisition
22/12/2011
Origine des dons
Professeur Jean Michel Babut
Numéro d'inventaire
CPHR - 2011.507
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes