Polarimètre

Cet appareil comporte un socle de métal noir en forme de trépied sur lequel est fixé un support mobile en métal noir ainsi qu’une fiche électrique. Le fil électrique rouge rejoint un tube en métal gris dans lequel était insérée une ampoule. Ce tube est lui-même emboîté dans le support surmonté d’une petite fenêtre avec une loupe. Sur le support sont fixés de nombreuses vis de réglage. A l’autre extrémité du support est emboîté un oculaire, au milieu dans un espace sont fixés plusieurs petites pièces de métal ainsi que la plaque du fabricant : SL Paris.

La calcite a la propriété de produire par transmission deux images d’un même objet. Dès 1669, Huygens tente d’expliquer ce phénomène dans le cadre de sa théorie des ondes.
Au début du XIXe siècle, Fresnel et Arago remarquent que la polarisation a des effets sur les figures d’interférences. Leur tentative d’interpréter le phénomène échoue car leur théorie de la propagation de la lumière est fondée sur une idée fausse : le concept d’onde longitudinale nécessitant un milieu de propagation (l’éther).
Il faudra attendre la théorie de l’électromagnétisme de Maxwell pour élucider le problème.

Matériaux - Techniques
Métal, verre
Fabricant / Période
S L Paris
1re moitié du XXe siècle
Dimensions

H : 21 cm ; L : 4 cm ; P : 47 cm

État
Bon
Destination

Un polarimètre est un instrument de laboratoire utilisé pour déterminer l'angle d'activité optique d'un échantillon de liquide ou solide traversé par une lumière polarisée.

Précision d'utilisation

Le polarimètre est utilisé pour le dosage de solutions possédant un pouvoir rotatoire c'est-à-dire capable de faire tourner le plan de polarisation d'une lumière polarisée monochromatique autour de son axe de propagation. Il permet de mesurer l'angle de rotation de ce plan de polarisation après que la lumière ait traversé un tube contenant la solution étudiée. Par suite, en connaissant cet angle, l'épaisseur de solution traversée et le "pouvoir rotatoire spécifique" de la substance optiquement active en solution, on peut calculer sa concentration. La substance est dite dextrogyre ou lévogyre suivant qu'elle fait tourner le plan de polarisation à droite ou à gauche. Certains appareils sont dédiés à la mesure de la concentration en sucre : on les appelle des saccharimètres.

Date d'acquisition
28/11/2013
Origine des dons
Mr Jacques Bourel
Numéro d'inventaire
CPHR - 2013.207
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes