Le CHU de Rennes a signé le 19 décembre 2017 l’acte authentique de vente du site de l’Hôtel-Dieu à l’établissement public foncier de Bretagne pour 14,6 millions d’euros. « Nous le cédons à un prix qui nous satisfait et surtout très rapidement, assure Véronique Anatole-Touzet, directrice générale du CHU. Une vente classique, à des promoteurs, aurait pu nous prendre des années »

Le CHU entend ainsi valoriser son patrimoine historique pour contribuer au financement de son projet de reconstruction au moment où la ville de Rennes souhaite déployer son centre-ville vers le nord.

Conformément à nos espoirs, conformément au souhait du CHU porté par sa Directrice générale Véronique Anatole-Touzet, conformément à la volonté de la Maire de Rennes, Nathalie Appéré, et conformément en conséquence au projet élaboré par le promoteur LinkCity qui a été retenu et soumis à la concertation, le Conservatoire sera maintenu sur place.

Vue axionométrique du site de l’Hôtel-Dieu à l’horizon 2024

(cliquer pour agrandir cet extrait du dossier soumis à la concertation)

Le projet prévoit que le CPHR, vivant témoin du passé hospitalier loco-régional et plus largement de l’histoire de la santé en Bretagne, soit à l’avenir implanté au rez-de-chaussée du pavillon Mocquot, à proximité immédiate des présents locaux que le CHU a bien voulu lui attribuer dès sa création.

Cette ancienne maternité, édifiée en 1898 sur les plans de Julien Ballé grâce à la donation de M. Pinier dit Coulabin, préfigure les bâtiments pavillonnaires qui seront par la suite érigés à Pontchaillou.

Pour des raisons souvent très personnelles, beaucoup de Rennaises et de Rennais sont fortement attachés à ce bâtiment qui occupe également une place très privilégiée dans la mémoire collective.

Façade du pavillon Mocquot

(photo réalisée par Georges Maincent, interne à l’Hôtel-Dieu en 1898)