Capteur de pression artérielle

Le capteur de pression ou transducteur est composé de deux parties séparées par une membrane déformable. Une partie électrique constituée d’une résistance variable placée dans un circuit électrique qui transforme les variations de pression en variations de potentiel électrique qui seront envoyées au moniteur. Une partie mécanique : une chambre remplie de soluté physiologique isotonique reliée au cathéter artériel par une tubulure également remplie de soluté isotonique. Un bouton permet de se placer en position de mesure.

Appareil utilisé à Rennes en 1969 en réanimation chirurgicale à l’Hôtel Dieu. Les pressions mesurées étaient la pression artérielle par cathétérisme de l’artère radiale, puis les pressions des cavités cardiaques droites: oreillette droite, ventricule droit et enfin les pressions dans l’artère pulmonaire en utilisant un long cathéter dit Pulmocath qui “flottait” dans le circuit sanguin de retour vers les cavités droites.

Matériaux - Techniques
Métal, plastique, bakélite
Fabricant / Période
Trantec
1969
Dimensions

L : 5 cm ; L : 3 cm

État
Moyen
Destination

Réanimation, anesthésie

Précision d'utilisation

Les variations de pression sanguine lors des contractions cardiaques sont transmises à la membrane de la chambre par l'intermédiaire de la tubulure. Cette déformation entraîne des variations de la pression du soluté et donc une déformation de la membrane. Celle-ci est transformée par la partie électrique en potentiel électrique .
Les pressions physiologiques sont mesurées par rapport à la pression atmosphérique. Par conséquent, le capteur doit être mis à zéro à la pression atmosphérique.

Date d'acquisition
19/10/2012
Origine des dons
Fédération d'anesthésie du CHU de Rennes
Numéro d'inventaire
CPHR - 2012.186
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes