Stimulateurs cardiaques (pacemakers)

Boitier métallique ovale, plat , muni à sa partie supérieure d’un bloc de double connections.

Deux siècles d’expérimentation et de recherche médicale, à l’échelle internationale ont été nécessaires à la mise au point des pace-makers actuels : en 1791, Luigi Galvani, médecin physicien italien provoque la contraction du muscle cardiaque par stimulation nerveuse.
Dans les années 1930, le premier appareil délivrant des impulsions électriques est mis au point. Cet appareil à manivelle, portatif et volumineux, résulte des travaux de Mark Cowley Lidwell , médecin anesthésiste australien, et d’Albert Hyman, médecin cardiologue américain.
En 1950, le premier stimulateur cardiaque est inventé par l’ingénieur électricien John Hopps en collaboration avec les docteurs W Bigelow et J Callaghan à l’université de Toronto, Canada. Il mesurait environ 30 cm de long.
En 1958, Ake Senning, chirurgien cardiaque suédois pose le premier stimulateur cardiaque implantable, conçu par Rune Elmqvist, ingénieur chercheur suédois, appareil de la taille d’un galet de hockey (environ 55 mm).
Entre 1960 et les années 1990, la miniaturisation des stimulateurs initiée notamment grâce à la recherche aéronautique se développe : leur poids est passé de 170 g à moins de 20 g.
A la fin des années 1990 apparaissent les premiers pacemakers permettant de stimuler les deux ventricules ou oreillettes de manière synchrone favorisant une amélioration en cas d’insuffisance cardiaque.

Matériaux - Techniques
Métal, plastique
Fabricant / Période
Intermedics
1985-1990
Dimensions

H : 0,6 cm L : 5,1 cm P : 4,3 cm poids : 25 g

État
Moyen
Destination

Troubles du rythme cardiaque et/ou de conduction

Précision d'utilisation

Le boîtier est introduit sous la peau dans la région sous claviculaire. Il est relié à une sonde, montée par voie veineuse, positionnée au niveau d'une des quatre cavités cardiaques. Le stimulateur cardiaque surveille en permanence le cœœur pour traiter les rythmes lents ou irréguliers. Si cet appareil détecte un problème de rythme, il envoie des impulsions électriques pour rétablir un rythme cardiaque normal.

Date d'acquisition
19/01/2012
Origine des dons
Docteur Guy Gaboriau
Numéro d'inventaire
CPHR - 2012.280 ; CPHR - 2012.321
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes