Uniforme d’Infirmière de Guerre de la Croix- Rouge française

Uniforme constitué d’un costume, d’un chemisier et cravate , d’un manteau, d’un béret.  Le costume est composé d’ une jupe droite à pan allant jusqu’aux genoux, d’une veste à basques droites, fermée par trois boutons métalliques et ceinturée à la taille. Elle est munie de quatre poches à pli et à revers en  pointes, fermées par des boutons, dont deux petites poches poitrine. Le manteau se ferme avec  cinq boutons, son col à revers est orné de chaque côté d’un écusson en tissu noir bordé de rouge avec au centre une croix rouge sur fond blanc. C’est un manteau, à manches raglan, à capuche et épaulettes, à deux poches fendues avec revers plat en biais. Tous les boutons de cet uniforme sont en métal argenté et décorés de l’insigne de la Croix Rouge. La veste, le manteau, la capuche en drap épais bleu marine sont doublés d’un tissu brillant bleu marine. La cravate porte également l’insigne de la Croix Rouge. Une tenue de sortie.

Cet uniforme de sortie, datant des années 1940, a appartenu à Mme Anne Lafeuille diplômée de l’Ecole de la Croix-Rouge française “la Poterne des Peupliers” à Paris 13e  arrondissement. Cette école fut fondée en 1908 par Marie Génin (1859-1947) pour former des infirmières de la Société de Secours aux blessés militaires (SSBM), société créée par Henry Dunan le père de la Croix-Rouge dès 1864. Jusqu’en 1908, il n’était pas question que les femmes puissent soigner des militaires, (les femmes étaient cantonnées aux tâches domestiques) mais devant l’ampleur des catastrophes civiles et militaires le personnel soignant masculin devint insuffisant. Il a fallu de la persévérance aux femmes volontaires et bénévoles pour quelles soient reconnues infirmières de guerre, qu’elles aient une vraie formation, un diplôme et qu’elles œuvrent  à proximité  des champs de bataille. Une consécration en 1914, au sein de trois sociétés (la SSBM, l’Union des Femmes de France, l’Association des dames françaises), ces infirmières, de plus en plus formées et reconnues, vont exercer dans des hôpitaux militaires, des infirmeries pour accueillir et soigner un afflux de blessés et de malades. En 1940, ces trois sociétés fusionnent pour former la Croix-Rouge française, une fusion qui a pour objectif une meilleure coordination de l’intervention en faveur des prisonniers de guerre, recherche des disparus et une aide aux populations civiles.

Le titre d’Infirmière Diplômée d’État est apparu en 1922, mais il ne sera obligatoire pour exercer qu’à partir de 1937. La formation est alors nationale et se compose de 22 mois de formations avec des notions portant aussi bien sur les maladies infectieuses et l’hygiène que sur l’administration hospitalière ou la cuisine.

Matériaux - Techniques
Tissus : drap de laine épais et doublure bleu marine, coton blanc, métal argenté pour les boutons.
Fabricant / Période

ca 1940
État
Bon
Destination

Uniforme de sortie.

Précision d'utilisation

Pendant les soins, l'infirmière portait une autre tenue : une blouse et un voile blancs, une pèlerine bleu marine avec l'insigne de la Croix-Rouge.

Date d'acquisition
06/09/2016
Origine des dons
Bernard Le Marec
Numéro d'inventaire
CPHR - 2016.158
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes