Appareil auditif avec transistor

L’appareil, placé dans un coffret de couleur jaune et tapissé intérieurement de tissu, est constitué d’un boîtier métallique avec sur sa face antérieure la grille du microphone, sur la face postérieure le logement d’une pile (1,5 V), sur la partie supérieure le branchement de l’écouteur, la molette graduée de 1 à 7 régulant l’amplification du son et un interrupteur.

Cet appareil boîtier “tout en un” était fixé dans une poche et relié par deux fils torsadés à l’écouteur.

Bien avant la création d’un objet spécifique, l’homme avait pour habitude de porter sa main derrière l’oreille de manière à former un cornet pour augmenter son acuité auditive.

Dans l’Antiquité, les Grecs utilisent la coquille de mer comme appareil auditif. Au Moyen-Age, les cornes d’animaux sont à la fois des porte-voix et des cornets d’écoute pour les sourds.

En 1757, le premier cornet acoustique voit le jour en Europe. En 1800, le manufacturier F.C. Rein débute la commercialisation de l’objet à Londres. Cet appareil volumineux ne permet qu’une amplification de 15 dB. Le cornet auditif était utilisé par Beethoven (1770-1827).

Vers la fin du XIXe siècle, le dentaphone ou ostéophone est souvent préféré au cornet acoustique. Il est composé d’une membrane fixée au bout d’une tige dont l’autre extrémité est tenue entre les dents. Les sons étaient ainsi transmis à l’oreille interne par conduction osseuse.

Début du XXe siècle, Hutchison fabrique la première prothèse électrique au carbone. L’appareil  auditif au carbone amplifie le son jusqu’à 40 dB.

En 1947, les laboratoires Bell Téléphone mettent au point la prothèse auditive à transistor.

En 1975, les premières aides intra-auriculaires, placées directement à l’intérieur de l’oreille, font leur apparition.

Matériaux - Techniques
Métal, bakélite, plastique, tissu
Fabricant / Période
Philips
Milieu du XXe siècle
Dimensions

H : 3,5 cm ; L : 11,5 cm ; P : 7,5 cm

État
Bon
Destination

Ces appareils amplificateurs de sons permettent de corriger une perte auditive.

Date d'acquisition
13/12/2011
Origine des dons
CHU de Rennes
Numéro d'inventaire
CPHR - 2014.82
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes