Spéculum vaginal de Fergusson avec miroir

Tube de verre avec un revêtement argenté à l’intérieur faisant effet de miroir. Une des extrémités du tube est biseautée, l’autre arrondie.

Le spéculum vaginal a été introduit à la gynécologie en 1801 par Joseph Claude Récamier. Le premier spéculum vaginal était un tube d’étain de 13 cm de long. Il permettait d’observer et de de traiter les ulcères du col de l’utérus. Plus tard il est élargi et permet l’examen du col de l’utérus. Certains médecins considèrent le spéculum comme essentiel pour un examen efficace du bassin, tandis que d’autres le considèrent comme inutile et inacceptable. “L’utilisation du spéculum était, pour les femmes respectables, comme un sacrifice sérieux de délicatesse”. Le spéculum vaginal a subi de nombreuses modifications depuis l’époque de Récamier.

Sir William Fergusson (1808-1877), chirurgien écossais né à Prestonpans, a fréquenté l’Université d’Edimbourg avant d’être avocat stagiaire puis étudiant en médecine, élève du célèbre anatomiste Robert Knox dont il devient le démonstrateur. Diplômé en médecine en 1828 puis membre du collège de chirurgie d’Edimbourg, il est nommé en 1840 professeur de chirurgie au King’s College de Londres. Egalement violoniste, pêcheur émérite à la mouche,nommé baronnet en 1866, il meurt des suites d’une maladie de Bright (insuffisance rénale chronique).

Matériaux - Techniques
Verre tubulaire avec miroir intérieur et extérieur noir
Fabricant / Période

1850
Dimensions

D : 6,5 cm ; L : 14 cm

État
Bon
Destination

Examen gynécologique

Date d'acquisition
20/03/2012
Origine des dons
CHU de Rennes
Numéro d'inventaire
C-2012.556
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes