Syndesmotome de Bernard

Le syndesmotome de Bernard est composé d’un manche plat, quadrangulaire qui se termine par un tube fendu comportant un pas de vis sur lequel s’insère un embout qui permet de fixer une lame amovible interchangeable. Pour celui-ci une lame droite, lancéolée et creuse. Le manche, près de la lame, est rainuré pour éviter au doigt de glisser.

Cet instrument peut recevoir onze lames d’une grande variété de formes.

 

De l’Antiquité au XVIIIe siècle, le métier de dentiste est exercé par les barbiers “arracheurs de dents” aux actes restreints : arrachage, limage et éventuellement obturation provisoire. Au début du XVIIIe siècle, le français Pierre Fauchard pose les bases de la médecine dentaire dans son traité ” Le chirurgien dentiste ou Traité des dents” (1728), la première compilation de connaissances en anatomie dentaire, en traitements chirurgicaux et en instrumentation. Pour les extractions, utilisation des daviers, élévateurs, pélicans ; pour les plombages : rugines, grattoirs, fouloirs, le seul instrument rotatif est le porte-foret à archet. Fin du XIXe siècle et surtout début du XXe siècle, la  profession bénéficie des découvertes dans d’autres domaines, meilleur éclairage, gaz puis électricité, anesthésie,  radiologie, connaissances des microbes, nouveaux matériaux…, ce qui entraîne le développement d’une instrumentation de plus en plus spécialisée et des interventions chirurgicales de plus en plus variées.

 

 

 

Matériaux - Techniques
Acier nickel-chrome
Fabricant / Période
Syndesmotomie intégrale du Dr Bernard
Première moitié du XXe siècle
Dimensions

Manche : H : 11,5 cm ; L : 1,8 cm.
Lames : H : 5 cm.

État
Bon
Destination

Le syndesmotome de Bernard muni de sa lame droite sert surtout à sectionner le desmodonte (le ligament alvéo-dentaire) lors des extractions maxillaires. Le choix d'autres lames permettra d'atteindre les différentes dents aux deux arcades. La dent pourra ensuite être plus facilement mobilisée après prise au davier.

Précision d'utilisation

Il permet de couper les fibres du ligament alvéolo-dentaire, tout autour de la dent puis de s'insérer aussi profondément que possible le long de la racine sans crainte de décoller les papilles gingivales. Sa forme en flèche nécessite de bons appuis pour le manoeuvrer.

Deux séries de syndesmotomes sont les plus utilisées: Les syndesmotomes de Chompret et les syndesmotomes de Bernard.

Date d'acquisition
16/11/2017
Origine des dons
Jean Claude Robert
Numéro d'inventaire
CPHR - 2017.70
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes