Robot d’imprégnation dit “Technicon”

Plateforme supportant dix béchers remplis des bains successifs de la procédure et deux récipients chauffés électriquement et thermostatés contenant la paraffine. Un moteur électrique actionne une grue qui, selon un programme prédéfini, fait passer de bécher en bécher un panier contenant la pièce anatomique à traiter.

Dans les années 1950, le nombre d’examens d’anatomie pathologique augmente de façon importante, suivant en cela les avancées de la chirurgie et les progrès de la biologie en général. Cependant, les personnels qualifiés de laboratoire n’augmentant pas dans les mêmes proportions, les responsables hospitaliers incitent les industriels à imaginer des machines palliant ce manque. La Compagnie Technicon à New York commercialise le premier automate sous le nom de Auto-technicon. Cette machine d’imprégnation est un robot assez rudimentaire. Il assure le transport successif des pièces anatomiques de bain en bain pour effectuer la fixation par le formol, le lavage à l’eau, la déshydratation par l’éthanol, la délipidation par le toluène et l’inclusion en paraffine des pièces anatomiques. L’appareil programmable et autonome pouvait fonctionner la nuit, permettant dès le matin de débiter les blocs de paraffine au microtome et de procéder ensuite à la coloration des lames.

Cette machine est de réglage simple. Sa maintenance est très réduite. En travaillant la nuit, elle évite également l’inhalation par le personnel de vapeurs d’alcool ou de toluène dont la nature caustique est maintenant bien connue. Cette machine, très fiable, a fonctionné dans le service d’Anatomie Pathologie du CHRU de Rennes sans discontinuer pendant plus de 25 ans. Les pannes furent essentiellement dues aux coupures de courant !

Matériaux - Techniques
Métal peint en noir et verre
Fabricant / Période
Technicon
1947-1985
Dimensions

L : 40 cm ; P : 40 cm ; H : 78 cm

État
Bon
Destination

Préparation des pièces d'anatomie pathologique avant examen au microscope

Précision d'utilisation

L'imprégnation, mot désignant la pénétration de la paraffine (liquide à 56°) dans les tissus préalablement fixés puis déhydratés constitue un temps de la préparation impliquant lui-même plusieurs étapes, chacune à durée bien déterminée. Cette imprégnation est suivie de la confection de "blocs" qui consiste en la solidification de la paraffine. Ces blocs, renfermant donc l'échantillon à analyser et dûment identifié passent ensuite à la microtonie.
L'imprégnation comporte trois bains successifs d'alcool de degré croissant (soit 80°, 90°, et 100°) réalisant la désydratation des échantillons, chacun des bains durant 15 minutes, puis trois bains successifs de toluène de 10 minutes, chacun réalisant l'éclaircissement et enfin deux bains successifs de paraffine, liquide chauffé électriquement à 56°C précisément.
Les récipients de verre pouvant contenir les produits précédemment cités ont une contenance de 1000 ml et sont disposés sur un plateau circulaire. Les deux récipients à paroi opaque sont munis chacun d'une résistance électrique avec thermostat pouvant maintenir la paraffine à température constante.

Date d'acquisition
13/12/2011
Origine des dons
Service d'Anatomie Pathologique du CHU de Rennes - Pr Lancien
Numéro d'inventaire
CPHR - 2011.56
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes