Carbatom

Le carbatom est un pulvérisateur composé d’un récipient sur pied et d’un système de pulvérisation. Il est l’élément essentiel de l’appareil et se visse sur le récipient. Il comprend un tube qui s’enfile dans le récipient, une longue tige recourbée, la canule, qui permet la pulvérisation d’un liquide antiseptique dans la bouche, un levier de pression et un porte capsule de gaz carbonique qui se visse au bout de la tête, à l’opposé de la canule.

Depuis les temps les plus anciens jusqu’au XIXe siècle, le nettoyage des dents a représenté  avec les extractions la majorité des actes pratiqués en bouche.

Il semble que les chinois dès le VIIe siècle aient fabriqué des brosses à dents en soie de porc, soies fixées à des poignées en os ou en bambou.

Mais c’est surtout avec les doigts ou un linge, que la plupart frottent leurs dents avec des poudres à base de cendres, de pierre ponce ou d’argile aromatisées de clous de girofle, feuilles de menthe ou fleurs d’iris.

Pour détartrer les dents, on utilise un morceau de bois enduit d’huile de soufre pour ramollir la couche de tartre et l’attaquer ensuite au burin. Pierre Fauchard (XVIIIe siècle) considéré comme le père de la profession de chirurgien-dentiste, utilise des burins, des crochets  « son bec de perroquet », des limes. L’homme se fait des cure-dents avec de simples morceaux de bois.

Il faut attendre le XIXe siècle pour voir la généralisation de la brosse à dents, l’apparition de la première pâte dentifrice (en boite puis en tube), inventée par un américain en 1850 (naissance de la marque Colgate en 1896). On connait mieux les problèmes médicaux dentaires, liés aux bactéries, grâce à Pasteur, Lister. Le tube de dentifrice se généralise. Viennent ensuite le premier fil dentaire, les brosses en nylon moins agressives que celles en porc et, en 1956, la première brosse à dents électrique.

 

Matériaux - Techniques
Pulvérisateur avec conteneurs en aluminium
Fabricant / Période
SERNO Société d'études et de Réalisations Nouvelles sous licence suisse
Seconde moitié du XXe siècle
Dimensions

Pulvérisateur : D : 4,5 cm ; H : 19 cm ; L : 18,5 cm
Capsule de gaz carbonique : D : 7,5 cm ; H : 23 cm

État
Bon
Destination

Le CARBATOM est utile pour une hygiène buccale chez les sujets présentant un certain degré de parodontolyse (destruction progressive du parodonte, les tissus de soutien de la dent). Il permet de traiter les gingivites et les parodontites superficielles et profondes tant au cabinet du praticien qu'en usage domestique. Il diminue la formation du tartre.

Précision d'utilisation

La capsule de gaz carbonique permet de remplir le récipient du pulvérisateur dans lequel on aura pu ajouter un peu de bain de bouche antiseptique.
Une pression sur le levier libère le jet énergique imprégné de gaz carbonique.
Ce jet puissant atteint les parties les plus inaccessibles de la cavité buccale : espaces interdentaires, interstices sous les bridges et les appareils orthodontiques. Il en chasse les résidus alimentaires et les produits de desquamation dont la putréfaction provoque l'inflammation de la gencive.
Il exerce sur les gencives un massage agréable et profitable. En outre l'acide carbonique en sursaturation dans le liquide pulvérisé par le carbatom pénètre dans la circulation, déterminant une vasodilatation.

Date d'acquisition
22/01/2014
Origine des dons
M. Pierre Alice
Numéro d'inventaire
CPHR - 2014.76 ; CPHR - 2014.77
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes