Deprecated: La fonction builder_status est obsolète depuis la version 4.2.1 ! Utilisez AviaBuilder::get_alb_builder_status() à la place. in /home/cphrqjcq/www/wp-includes/functions.php on line 5383

Appui-cranien de traitement du Dr Ginestet

Casque à emboîter sur le crâne et qui permet le positionnement et la fixation de broches introduites dans les os du visage.

Gustave Ginestet (1897-1966)  s’engage dans le secteur de santé en août 1916 à la fin de son PCN (1ère année des études de médecine). Il y rejoint son frère Félix, médecin militaire. Incorporé à la 18e section d’infirmiers militaires, il y reçoit une formation pratique de médecin et prend la fonction de médecin de poste de secours en 1917. Il est nommé médecin en 1922 après trois ans d’études à l’Ecole du service de Santé militaire à Lyon, suit parallèlement des études de dentisterie et devient chirurgien dentaire en 1924. Il demande à être affecté à Beyrouth pour y rejoindre son frère Félix, patron de l’Institut dentaire local et est affecté à l’armée d’Orient. En 1926, il crée à Damas le premier service de stomatologie de Syrie.

En 1931, il rejoint la France et passe le concours d’assistanat de chirurgie des hôpitaux militaires. De 1933 à 1962, il sera successivement chef du service de stomatologie à l’Hôpital militaire Desgenettes de Lyon, au Val de Grâce à Paris, à l’Hôpital Foch de Suresnes.

Il est particulièrement connu pour ses travaux sur le traitement des fractures mandibulaires, la chirurgie de l’articulation temporo-mandibulaire et du prognathisme.

Source : Eric Brue et Eric Salf. Le médecin général Gustave Ginestet. Vie et oeuvre d’un pionnier de la chirurgie maxillo-faciale esthétique et réparatrice. Histoire des Sciences Médicales  Tome XXIX, n°4, 1995

Matériaux - Techniques
Métal, sangle de coton, mousse
Fabricant / Période
Etablissement Simal
Début du XXe siècle
Dimensions

L : 38 cm ; H : 22 cm

État
Moyen : plaque de rouille
Destination

Consolidation des fractures maxillo-faciales

Précision d'utilisation

Les broches insérées dans les machoires étaient fixées par des élastiques sur le casque, le but étant d'éviter tout mouvement des machoires. Pendant le traitement, le malade était alimenté par une pipette.

Date d'acquisition
13/12/2011
Origine des dons
CHU de Rennes - ORL
Numéro d'inventaire
CPHR - 2012-77