Sonde à double courant de Doléris

La sonde à double courant de Doléris est constituée de deux branches parallèles courbes qui se terminent par des extrémités arrondies présentant des perforations sur les deux faces.

Les branches se rejoignent sous forme d’une lyre. Un écarteur à vis commande leur écartement. A ce niveau, un robinet directionnel est commandé par une vis.

 

Jacques-Amédée Doléris (1852 – 1938) est un gynécologue de renommée internationale. Il travaille avec Louis Pasteur de 1878 à 1881. Il se consacre principalement à l’étude de la microbiologie des infections puerpérales, des septicémies et de l’érysipèle. Plus tard il concentre ses efforts en gynécologie (opération de Doléris de rétroversion-flexion). Il était membre de l’Académie de médecine et fut le fondateur des Archives d’Obstétrique et de Gynécologie.

En 1810 au congrès international d’hygiène scolaire, Doléris intervient pour défendre “une éducation sexuelle rationnelle” inspirée par la science.

Il est député des Basses-Pyrénées de 1921 à 1924 (Parti républicain, radical et radical-socialiste) et Maire de Lembeye (Basses Pyrénées). Il passe sa retraite dans son village, s’occupant activement de la viticulture du Vic-Bilh.

Matériaux - Techniques
Métal
Fabricant / Période

Seconde moitié du XIXe siècle
Dimensions

H : 2 cm ; L : 35 cm ; P : 4 cm

État
Moyen (oxydation)
Destination

La sonde à double courant de Doléris, utilisée en gynécologie, permet d'injecter dans l'utérus un liquide médicamenteux par un premier conduit et de le retirer par un deuxième.
Elle est utile en cas d'infection, d'hémorragie, à l'issue d'un curetage...

Date d'acquisition
07/07/2017
Origine des dons
Pascale Mariotti-Malherbe
Numéro d'inventaire
CPHR - 2017.21
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes