Tampon encreur en ophtalmologie

Le tampon encreur de couleur verte possède un système de cassette d’encre intégré.

Il est constitué de deux parties :

  • une partie supérieure dans laquelle se situe la réserve d’encre
  • une partie inférieure qui contient la plaque caoutchoutée où sont inscrits en relief les éléments à imprimer. Cette plaque pivote pour venir en contact avec le papier.

Ce tampon représente une paire de lunettes avec la mention “forme adaptée pour jeunes enfants”.

 

 

 

C’est en 1839 que Charles Goodyear a rendu possible l’invention du tampon encreur. En effet, il est à l’origine de l’invention du caoutchouc pour tampon en trouvant le moyen de vulcaniser cette matière… Dès lors, l’homme a commencé à utiliser le tampon encreur traditionnel (tampon manuel) comme le moyen d’authentifier l’origine d’un document et d’officialiser de grandes décisions. Le tampon manuel marque très probablement la fin du fameux sceau.

L’invention du tampon automatique date de 1976. C’est à cette date que le premier tampon auto-encreur a été élaboré par la marque Trodat dans ses locaux de Wels en Allemagne. Un tampon automatique est un tampon qui possède un système de cassette d’encre intégrée. L’informatique a largement contribué à l’évolution du tampon encreur.

 

Matériaux - Techniques
Plastique, caoutchouc
Fabricant / Période
Trodat
Fin du XXe siècle
Dimensions

H : 10 cm ; L : 8 cm ; P : 5,5 cm

État
Excellent
Destination

Ce tampon encreur est utilisé au cours des consultations d'ophtalmologie des jeunes enfants. Il est imprimé sur le dossier médical. En regard des deux images de verres, le praticien note ses prescriptions.

Date d'acquisition
16/06/2016
Origine des dons
Michel Tourtelier
Numéro d'inventaire
CPHR - 2016.155
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes