Électroencéphalographe

L’électroencéphagraphe est constitué de deux parties :

  •  un tableau de commandes vertical permettant les réglages et les calibrages des seize électrodes et le déclenchement de stimuli lumineux (Vareclat)
  • une table d’enregistrement munie de seize stylets reliés à du papier millimétré.

Un tiroir frontal contient les seize électrodes et deux pinces. Une réserve de papier millimétré se situe sous la table.

L’appareil est mobile grâce à quatre roulettes.

L’invention de l’électroencéphalographie ou EEG est généralement attribuée au scientifique et médecin britannique Richard Caton (1842-1926) en 1875.

En 1920, le neurologue allemand Hans Berger (1873-1941) applique cette technique chez l’homme. Il fut le premier à amplifier le signal électrique de l’activité neuronale et décrire le tracé des ondes alpha et bêta. Jusqu’en 1929, l’EEG était effectué après trépanation. .

Ses travaux furent repris et complétés par le britannique Edgar Douglas Adrian (1889-1977), qui obtint en 1932 le Prix Nobel de physiologie.

Ce n’est que depuis 1950 que la technique de l’EEG est couramment utilisée afin de détecter certains problèmes neuronaux.

Matériaux - Techniques
Métal, papier, plastic
Fabricant / Période
Alvar Electronic Montreuil Paris
Seconde moitié du XXe siècle
Dimensions

H : 115 cm ; P : 82 cm ; L : 110 cm

État
Incomplet (absence de connexion électrique)
Destination

L'électroencéphalographie (EEG) est un examen fonctionnel, explorant l'activité électrique produite spontanément par les cellules nerveuses. Le principe de l'EEG est de recueillir les potentiels électriques au moyen de capteurs placés sur le cuir chevelu sur un appareil qui amplifie les signaux, puis les transcrit sur des rouleaux de bandes de papier millimétré afin d'être relus ensuite par les médecins neurologues pour y déceler d'éventuels signes.
Cet examen est en particulier une aide au diagnostic de l'épilepsie et sert dans le suivi des patients épileptiques.
L’électroencéphalogramme est utilisé en neurologie pour établir certains diagnostics mais aussi en neurosciences cognitives afin de mieux connaître le fonctionnement du cerveau.
Un tracé EEG permet en effet d'identifier ou de caractériser des états psychologiques en neurosciences fondamentales, ou des états pathologiques en neurologie. Aujourd’hui on connaît cinq types d’ondes cérébrales : delta, thêta, alpha, bêta et gamma.

Précision d'utilisation

L'électroencéphalographie est aussi utilisé pour le diagnostic de mort cérébrale. Le diagnostic de mort cérébrale requiert une procédure rigoureuse et bien standardisée afin de s'assurer de l'irréversibilité et de l'étendue des lésions. Les critères légaux reposent généralement (quoique la définition puisse légèrement varier d'un État à l'autre) sur un examen neurologique aréactif dans toutes les sphères de l'activité cérébrale, ceci constaté par (au moins) deux médecins, ainsi que sur deux tracés plats d'EEG de 30 minutes réalisés à 4 heures d'intervalle, ou une l'absence de perfuson du cerveau sur une angiographie.

Date d'acquisition
23/02/2018
Origine des dons
Philippe Busson Centre Hospitalier Avranches Granville
Numéro d'inventaire
CPHR - 2018.10
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes