Soupape de Villard

Ampoule en verre en forme de poire sur un support en bois. Ce tube, sous vide partiel, comprend à ses extrémités les connexions de deux électrodes asymétriques : l’une en forme de “tire-bouchon” et l’autre en forme de pointe.

Paul-Ulrich Villard (1860-1934), physicien et chimiste français fut admis au laboratoire de chimie de l’Ecole Normale Supérieure dirigé par Henri Jules Debray, où il a effectué, dans une petite salle qui lui était réservée, ses recherches sur les hydrates de gaz. A partir de 1897, il abandonne les travaux sur la chimie et se tourne sur l’étude des rayonnements et plus précisément, les rayons cathodiques ; il pense que ces rayons sont dus à de l’hydrogène mais, à partir de 1906, il se rallie à la théorie de J.J. Thomson sur la nature corpusculaire des rayons cathodiques. Il découvre en 1900 le rayonnement gamma émis par le radium. Au début des années 1900, Paul-Ulrich
Villard contribue à développer et à améliorer des instruments scientifiques en collaboration avec les constructeurs Chabaud et Charpentier : l’osmo-régulateur pour le tube de Crookes et la soupape cathodique qui porte son nom. Il a été élu membre de la section de physique de l’Académie des Sciences en 1908, reconnaissance obtenue devant Branly.

Matériaux - Techniques
Verre, Métal
Fabricant / Période
Villard
1900 - 1910
Dimensions

H : 13 cm L : 50 cm P : 25 cm

État
Bon
Destination

Conçue par Paul Villard en association avec le souffleur de verre Chabaud, cette soupape permettait d’alimenter le tube de Crookes en tension redressée : le positif sur l’anode et le négatif sur la cathode, dispositif indispensable en complément de l’alimentation en très haute tension à partir d’une bobine élévatrice de tension. Cette soupape de Villard a été utilisée pour l’alimentation des tubes de Crookes pendant deux décennies ; elle a été remplacée par les kénotrons à filament de tungstène jusqu’en 1970 puis par des redresseurs secs qui équipent les générateurs de radiologie actuels.

Origine des dons
Euromédica Imaging
Numéro d'inventaire
CPHR - 2012.178
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes