Deprecated: La fonction builder_status est obsolète depuis la version 4.2.1 ! Utilisez AviaBuilder::get_alb_builder_status() à la place. in /home/cphrqjcq/www/wp-includes/functions.php on line 5383

Petit moufle et sa presse

Le moufle est une sorte de boîte, composé de deux parties rondes, un corps et un chapeau perforé en son centre, trou par lequel le moufle est rempli. Les deux parties s’assemblent par trois ergots.  (un ergot manque).

La presse est constituée d’un socle qui reçoit le moufle et en assure la compression. On y retrouve trois ergots. Ce socle bascule sur un axe tenu par deux piliers. Les piliers sont fixés en haut sur une potence comportant, en son centre, une vis destinée à pousser une seconde potence coulissante. Sur cette seconde potence on retrouve deux ressorts, le tout permettant de tenir le moufle fermé.

Des techniques les plus primitives aux techniques les plus élaborées, l’homme s’est toujours préoccupé, dans un but fonctionnel ou esthétique, de remplacer les dents manquantes. Après les prothèses complètes et partielles sculptées dans l’ivoire, la découverte de la vulcanite ou caoutchouc dentaire va permettre pendant un siècle (de 1850 à 1950) de confectionner les bases des prothèses dentaires, respectant l’anatomie des muqueuses buccales et l’adjonction et la fixation de couronnes dentaires postiches en porcelaine ou en céramique. La fabrication des appareils dentaires nécessite toujours un moufle, même si depuis 1910, la vulcanite a laissé place à la résine dentaire et aux métaux. Maintenant, la partie interne de la prothèse qui repose sur les tissus mous de la mâchoire est le plus souvent en résine colorée en rose ou transparente (appareils orthodontiques).

Matériaux - Techniques
Bronze et ressorts métaliques.
Fabricant / Période
PORTEX
XXe siècle
Dimensions

H : 10 cm ; L : 10 cm ; P : 4 cm.

État
Bon
Destination

Fabrication d'appareils dentaires de plus ou moins grande taille en fonction du nombre de dents à remplacer.
L'utilisation de cet appareil est un exemple de coulée selon la technique de la cire perdue. A partir de l'empreinte faite par le chirurgien dentiste, le prothésiste construit une maquette en cire, soit d'une reconstitution métallique (par ex. bridge), soit d'une reconstitution en résine recevant les dents (appareil dentaire). Cette maquette enrobée de plâtre est placée dans le moufle fermé et mis sous pression avec sa presse. Le moufle sera immergé dans de l'eau bouillante pour faire fondre la cire et l'éliminer.

Précision d'utilisation

La presse est placée à plat. Le moufle est rempli et inséré dans le socle. La presse est basculée verticalement la vis est serrée repoussant la potence coulissante et les ressorts. Le moufle est fermé.

Date d'acquisition
19/06/2012
Origine des dons
M Cottin
Numéro d'inventaire
CPHR - 2012.361
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes