Deprecated: La fonction builder_status est obsolète depuis la version 4.2.1 ! Utilisez AviaBuilder::get_alb_builder_status() à la place. in /home/cphrqjcq/www/wp-includes/functions.php on line 5379

Poupinel – Stérilisateur à chaleur sèche

L’étuve Poupinel est une caisse en cuivre à double parois entre lesquelles circule de l’air chaud. C’est un coffre avec porte en façade et commande électrique sur la partie latérale droite.

L’étuve sèche dite « Poupinel » est le premier stérilisateur à chaleur sèche. Il a été inventé en 1885 par le chirurgien français Gaston Poupinel (1858-1930), élève de Pasteur.
La stérilisation par la chaleur sèche est aujourd’hui proscrite en milieu hospitalier. On la retrouve dans certains milieux industriels pour la verrerie, puisqu’elle offre une grande simplicité d’utilisation.

Matériaux - Techniques
Cuivre, plastique (pieds et boutons)
Fabricant / Période

XIXe siècle
Dimensions

L : 64 cm ; P : 47 cm ; H : 51 cm

État
Porte et partie latérale présentent des trainées
Destination

Le Poupinel est destiné à la stérilisation des instruments et des seringues. (Il ne faut pas y mettre du linge ni du coton car ils sont très mauvais conducteurs de la chaleur).

Précision d'utilisation

La stérilisation est réalisée grâce à de l'air chaud et sec, sans augmentation de pression.
Elle fonctionne en augmentant la température de l'air à l'intérieur de l'étuve, de la même façon qu'un four classique, mais sans possibilité pour l'air de sortir ni d'entrer. Le temps de stérilisation généralement recommandé est de 30 minutes à 180°C.
Les bistouris et certains instruments très fragiles sont laissés à 120°, pendant 20 minutes. Les seringues resteront ¾ d'heure ou 1 heure à 160°.
Les mécanismes de stérilisation à la chaleur sont mal connus, mais impliquent probablement une coagulation des protéines ainsi qu'une certaine oxydation des bactéries par l'oxygène de l'air.

Date d'acquisition
30/05/2012
Origine des dons
Jean Marie Bodin (Rachat infirmerie Oberthur)
Numéro d'inventaire
CPHR - 2012.110
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes