Rétracteur de parties molles de Percy

Instrument métallique utilisé lors des amputations. Il est constitué de deux valves, solidarisées à une de leur extrémité par un écrou auquel est fixée une poignée, et mobiles à l’autre extrémité grâce à deux poignées et un levier coulissant. Quand les deux valves sont rapprochées, elles présentent un orifice arrondi central de 3.5 cm. Les poignées peuvent être rabattues sous l’instrument grâce à des charnières.

Une des valves porte l’inscription :” RETRACTEUR DU BARON PERCY Modèle Dujardin Beaumetz MATHIEU Brevete S.G.D.G”

Pierre-François Percy (1754-1825) est un médecin français qui fut chirurgien en chef des armées sous la révolution et l’empire. Il fut le premier à réussir une résection de l’humérus et inventa le tire-balles. Contrairement à la pratique de l’époque, il refusait l’amputation systématique en cas de blessure grave d’une jambe et s’opposait à la désarticulation, geste plus rapide en l’absence d’anesthésie mais plus délabrant, préconisé par Larrey.

Il organisa les corps ambulants de chirurgiens militaires pour recueillir et soigner les blessés au plus près de la zone de combat. Avec Larrey, il obtînt en 1813 la création “d’infirmiers de l’avant”, qui pour aller chercher les blessés utilisaient un brancard dont les barres étaient constituées de leurs lances.

Armand-Napoléon-Thadée Dujardin Baumetz (1835-1909) est un médecin militaire, inspecteur général de santé qui perfectionna le rétracteur de Percy en y ajoutant des poignées rétractables stérilisables remplaçant des courroies.

Matériaux - Techniques
Métal
Fabricant / Période
Mathieu
XVIIIe et XIXe siècle
Dimensions

D : 20 cm
L : 40 cm (poignées ouvertes)

État
Médiocre, rouillé. De multiples traces de scie.
Destination

Le rétracteur est utilisé au cours des amputations pour repousser les muscles vers la racine du membre avant de couper l'os. Cela permet ensuite de rabattre les muscles et la peau pour réaliser le moignon. Les poignées aidaient les aides à maintenir l'instrument pendant l'opération.

Précision d'utilisation

Le chirurgien plaçait un garrot sur le membre pour éviter au maximum le saignement. Il incisait les muscles pour mettre à jour l'os. A l'aide du rétracteur, un aide tirait les chairs le plus haut possible vers la racine du membre. Après quoi, le chirurgien pouvait couper l'os avec une scie. Le rétracteur était alors relâché et les chairs rabattues sur l'extrémité de l'os pour y réaliser un beau moignon, qui était soit suturé soit cautérisé.

Date d'acquisition
19/12/2011
Origine des dons
CHU de Rennes
Numéro d'inventaire
CPHR - 2011.109
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes