Phono-tensiomètre du Dr Courcoux

Le phono-tensiomètre du Dr Courcoux est constitué d’un brassard gonflable en tissu équipé d’un système auto-agrippant de type “velcro”, d’une poire en caoutchouc pour insuffler l’air dans le brassard, et d’un manomètre. Les différents éléments sont reliés par des tubulures. Une soupape est située au dessus de la poire.

L’appareil est rangé dans une sacoche en cuir.

William Harvey découvre la circulation sanguine en 1628. En 1726, Stephen Hales réalise la première mesure de pression artérielle au moyen d’un canule placée dans l’artère crurale d’une jument. Il observe des variations de pression. En 1828, Poiseuille montre comment mesurer la pression artérielle à l’aide d’un manomètre à mercure. En 1860, Etienne Jules Marey (1830-1904) invente un dispositif de laboratoire non invasif, rendant possible l’étude des différences de pression. Le premier sphygmomanomètre ou tensiomètre portable est créé en 1880 par Ritter Von Basch. Edouard Potain améliore l’appareil en utilisant l’air, au lieu d’un liquide, pour transmettre la pression artérielle.  Scipione Riva-Rocci (1863-1939), pédiatre, met au point en 1896 le premier sphygmomanomètre à brassard. En 1905, Nikolaï Korotkov ajoute l’utilisation d’un stéthoscope sur l’artère brachiale et définit les pressions systolique et diastolique. Ce sont les “bruits de Korotkoff”. En 1909, Victor Pachon y ajoute un oscillomètre. Le “Pachon”, sera très utilisé pendant la première guerre mondiale. 

La prise de tension au tensiomètre manuel et stéthoscope constitue toujours la méthode de référence dans les cabinets médicaux.

 

Matériaux - Techniques
Textile, caoutchouc métal, verre
Fabricant / Période
Viviez rue Esquermoise Lille
Milieu du XXe siècle
Dimensions

Sacoche
H : 17 cm ; L : 24 cm ; P : 6 cm

État
Médiocre (tuyaux caoutchouc secs et craquelés)
Destination

Le phono-tensiomètre permet de mesurer la tension artérielle systolique (maximale) et diastolique (minimale). Ces pressions sont exprimées en mm de mercure.

Précision d'utilisation

Le phono-tensiomètre est utilisé avec un stéthoscope. Le brassard est positionné et fermé sur le bras. Il est gonflé au moyen de la poire. Le stéthoscope est placé sur le bras en regard d'une artère. La décompression du brassard se fait progressivement par ouverture de la soupape. Lorsque le passage du sang dans l'artère devient audible, on lit sur la manomètre la valeur de la pression systolique. La disparition du bruit correspond à la pression diastolique.

Date d'acquisition
26/04/2016
Origine des dons
Philippe Bocquet
Numéro d'inventaire
CPHR - 2016.113
Copyright
© Conservatoire du patrimoine hospitalier de Rennes